École Doctorale | Environnement et société
Attualità
École Doctorale  |
Attualità

Soutenance de thèse: Audrey VALETTE (31 mai 2018)

Discipline: Physiologie et Biologie des Organismes – Populations - Interactions - mention Biologie des populations et écologie

Titre de la thèse: Changement climatique : caractérisation des puits de carbone liés aux herbiers de magnoliophytes marines de la Corse

 

Résumé vulgarisé:

 

Depuis plusieurs années il est possible d’observer une prise de conscience générale vis-à-vis des changements climatiques et notamment à travers des dates clés comme le Sommet de la terre en 1992 ou encore en 1997 avec le protocole de Kyoto qui engage les pays industrialisés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Il est possible d’observer au niveau environnemental des variations qui sont sources de préoccupations plus ou moins engagées. En effet, le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) a déjà signalé que les changements climatiques sur les écosystèmes sont déjà notables et en augmentation. Dans ce contexte les différents participants à la 21ème réunion de la Conférence des Parties (CoP 21), ont adopté « l’Accord de Paris » qui vise à contenir le réchauffement de la planète (FFEM, 2015). L’une des priorités de cet accord est axée sur la protection et conservation des puits et réservoirs de gaz à effet de serre et stipule « qu’il importe de veiller à l’intégrité de tous les écosystèmes, y compris les océans » (FCCC, 2015). Cet accord marque pour la première fois la prise en compte des habitats marins comme réservoirs de carbone. Cependant il apparaît également que ces habitats et particulièrement les habitats côtiers méditerranéens sont de plus en plus soumis aux pressions humaines.

L’objectif global de cette thèse s’inscrit dans cette volonté d’améliorer les connaissances sur la dynamique de ces habitats marins est donc de mieux cerner le rôle vis-à-vis du changement climatique. Face à ces enjeux, il apparaît donc nécessaire de disposer d’informations fiables sur les surfaces que représentent ces habitats. La cartographie est un outil qui permet la reconnaissance et la localisation de ces habitats marins. Elle situe les zones d’intérêt, et son utilisation de plus en plus fréquente, confirme sa nécessité. Cette étude met en évidence les données cartographiques produites sur le littoral de la Corse à travers un recensement des données cartographiques existantes puis des campagnes océanographiques permettant l’acquisition et le traitement de nouvelles données. Pour savoir comment faire confiance à une cartographie par rapport à son utilisation, un indice de confiance est calculé. Cet indice est défini selon certains critères qui caractérisent la qualité (i) d’acquisition de la donnée, (ii) des données de terrain et (iii) de l’interprétation. Suite à la localisation des écosystèmes clés et particulièrement les herbiers de Posidonies une campagne terrain a été mise en place au cours d’un cycle annuel pour réaliser des comptages et des prélèvements afin de pouvoir en déterminer la production primaire. Sur la base d’analyses, les quantités de carbone, entre 5 et 30 m de profondeur ont pu être déterminées. Ainsi, ces calculs effectués sur l’ensemble des surfaces cartographiées sur le pourtour du littoral de la Corse permettent de déterminer les quantités de carbone piéger dans les herbiers au cours d’une année.

 

Mots clés : Posidonia oceanica, habitats benthiques, cartographie, puits de carbone, changement climatique

 

la soutenance aura lieu le 31 mai 2018 à 14h30, Amphi Nicoli, FST, Campus Grimaldi

 

En savoir plus: Résumé scientifique

David Moungar | Mise à jour le 25/05/2018
Dans la même rubrique
Mercredi 30 janvier 2019 ED-Info-10 (2018-2019)
Du samedi 22 décembre 2018 au dimanche 06 janvier 2019 Fermeture administrative de l'Université de Corse