Logo du site
École Doctorale | Environnement et société
Attualità
École Doctorale  |
Attualità

Soutenance de thèse: Ramona Mariela BURNEA VOLVOREANU (27 NOVEMBRE 2020)

Centre: UMR LISA

Projet: ICPP

Discipline: Langue et Littérature Françaises - Mention: Littératures Comparées

Titre de la thèse: Etude comparative des pratiques poétiques dans les chants traditionnels roumains et corses

 

Résumé vulgarisé:

 

Notre étude vise à comparer la doïna et le cantu corsu, des chants traditionnels qui traitent de thèmes universels comme l’amour, la nostalgie, le travail, l’oppression sociale ou la mort au sein deux sociétés agropastorales. Le cantu in paghjella comme la doïna intègrent en 2009 le patrimoine immatériel de l'UNESCO.

Les multiples formes de chant corse (polyphoniques et monodiques) couvrent l'ensemble des aspects de la vie. De notre point de vue, le type cantu in paghjella peut être caractérisé notamment par le fait qu'il est chanté a capella par des hommes alors que la doïna est une monodie interprétée dans la solitude par des hommes et des femmes.

À travers cette étude, nous mettons en relief des similitudes et des différences, des convergences et des divergences entre ces deux chants.

On note aujourd'hui que la chanson corse constitue une manière de préserver et de transmettre la langue corse ou privilégie la voie de poitrine. On remarque aussi qu'en Corse, l'univers de la mort a une place plus importante que dans la chanson roumaine. Ces aspects font partie des divergences les plus significatives.

À propos de similitudes et outre les thèmes communs, notons que ces deux chants sont pratiqués sur des territoires isolés (géographiquement pour la Corse et linguistiquement pour la Roumanie). Durant des millénaires, les chansons de différentes régions et dialectes ont été véhiculées avec l'aide de bergers transhumants, la musique et le texte étant toujours transmis simultanément. Aujourd'hui et pour plusieurs raisons (exode rural ou médiatisation parfois déconnectée du contexte), le chant authentique risque de disparaître sans la mise en oeuvre d'un véritable processus de patrimonialisation.

 

Riassuntu vulgarizatu:

 

U nostru studiu hà per scopu di paragunà a doïna è u cantu corsu, canti tradiziunali chì trattanu di temi universali com'è l'amore, a nustalgia, u travagliu, l'uppressione suciale o a morte à l'internu di due sucietà agropasturale. A doïna è u cantu in paghjella entrenu in 2009 in u patrimoniu immateriale di l'UNESCO.

E numerose forme di cantu corsu (polifonichi è munodichi) rinvianu à ogni aspettu di a vita. Da u nostru puntu di vista, u tippu cantu in paghjella pò esse caratterizatu per via ch'ellu hè cantatu a capella da omi invece chì a doïna, hè una munudia interpretata in a sulitudine da omi è donne.

Cù stu studiu mettimu in risaltu similitudine è sfarenze, cunvergenze è divergenze trà sti dui canti.

Vidimu oghje chì a canzona corsa hè una manera di mantene è tramandà a lingua corsa è priferisce spessu a voce di pettu. Vidimu dinò chì in Corsica, l'universu di a morte tene una piazza più impurtante chè in a canzona rumena. St'aspetti facenu parte di e divergenze e più significative.

À prupositu di e similitudine è aldilà di i temi in cumunu, si pò vede chì sti dui canti sò praticati nant'à dui territorii isulati (da un puntu di vista geograficu pè a Corsica è da un puntu di vista linguisticu pè a Rumenia). A tramandera di e canzone di parechji rughjoni cù parechji dialetti s'hè fatta incù l'aiutu di i pastori durante a muntagnera è l'impiaghjera, a musica è u testu tramandati insemi. Oghje, per via d'altronde di l'esodiu rurale è d'una mediatizazione spessu sradicata da u so cuntestu, u cantu autenticu risicheghja di sparisce senza a messa in ballu d'un veru prucessu di patrimunializazione.

 

La soutenance aura lieu le vendredi 27 novembre à 14h à huis clos en raison de la situation sanitaire liée à la Covid-19

 

En savoir plus: Résumé scientifique

 

Moungar David | Mise à jour le 26/11/2020
Rendez-vous

Vendredi 27 novembre 2020 à 14h00