Logo du site
École Doctorale | Environnement et société
Attualità
École Doctorale  |
Attualità

Soutenance de thèse: Nicolas ZALLU (5 NOVEMBRE 2020)

Centre: UMR LISA

Projet: ICPP

Discipline: Langue et Littérature Françaises - Mention: Littératures Comparées

Titre de la thèse: Penser au passé pour écrire au présent: le pessimisme héroïque de Kazantzakis le Crétois

 

Résumé vulgarisé:

 

Comment ne pas verser dans le nihilisme dans un monde déserté par Dieu ? Voilà en somme la question à laquelle Nikos Kazantzakis a voulu répondre dans son œuvre. Ce crétois pétri de culture chrétienne, né en 1883 à Héraklion, a pris connaissance des théories darwinistes durant son adolescence et fut définitivement marqué par ce qu'il appelle ses « deux grandes blessures » : l'homme descend du singe et la terre n'est pas au centre de l'Univers. Au sortir de ses études athéniennes, il se rendit à Paris avec l'ambition de repenser la place de l'homme dans le monde. En tant que grec, il voulut élaborer une philosophie permettant à l'homme de relever les défis imposés par la chute des « vieilles idoles ».

Nietzsche le conforta dans l'idée qu'il fallait détruire l’ancienne table des valeurs ; le communisme, lui appris la valeur de la lutte désespérée ; Bouddha lui enseigna sa doctrine du monde considéré comme une illusion ; Bergson lui permit de fuir les théories déterministes et mécanistes et lui offrit la notion centrale de sa pensée : l'élan vital.

A partir de ces quatre enseignements, Kazantzakis a créé sa propre philosophie : le pessimisme héroïque. L'homme, nous dit-il, doit mettre à l'état d'équilibre dans son esprit son intelligence et son intuition ; de la sorte, il pourra saisir l'effort accompli par l'élan vital et régler son action sur son rythme. Cette collaboration lui permettra de former avec Dieu le Un, et l'existence de ce Un sera niée à la fin de l'Ascèse. Pour supporter cette terrible nouvelle – la vision du néant – Kazantzakis a trouvé sa « Grande Idée », le regard crétois : un regard qui permet de « contempler l'épouvantable sans épouvante ». Après l'avoir explicitée dans son manuel d'action (Ascèse), l'écrivain a mis en pratique sa philosophie. Il s'efforça lui-même de considérer et parcourir le monde tel qu'il nous encourage à le faire dans son œuvre. Il voulut ainsi voir chaque jour le monde d'un œil neuf et, en disciple de Bergson, s'efforça de saisir derrière les phénomènes éphémères de son époque les forces invariantes dont elles proviennent.

 

Cette philosophie lui permit durant les dix dernières années de sa vie de réaliser sa plus grande ambition artistique : réactiver le « mythe sacré chrétien » et façonner le « mythe futur ». Il nous livre ainsi sa vision du christianisme dans La dernière tentation du Christ, Le pauvre d'Assise et Le Christ recrucifié, et nous offre une Odyssée dantesque de 33 333 vers durant laquelle Ulysse, chantre du « pessimisme héroïque », s'engage dans un nouveau périple. Il croisera les archétypes de Prométhée, Tantale, Sisyphe, Hercule, Hamlet, Jésus, Bouddha, Faust et Don Quichotte, et prouvera que sa vision du monde permet à l'homme du vingtième siècle de ne pas sombrer dans le nihilisme.

 

La soutenance aura lieu le jeudi 5 novembre à 9h30 à huis clos en raison de la situation sanitaire liée à la Covid-19

 

En savoir plus: Résumé Scientifique

Moungar David | Mise à jour le 04/11/2020
Rendez-vous

Jeudi 05 novembre 2020 à 09h30